Avez-vous des problèmes de glycémie?

Plusieurs personnes ignorent qu’elles ont des problèmes de glycémie. Voici comment savoir si c’est votre cas.

Il n’est pas facile de résister à ce qui est sucré, mais certaines personnes ont tendance à exagérer. La glycémie (aussi appelée « glucose sanguin ») peut être toxique pour vos tissus et tant les taux de glycémie en montagnes russes que les lectures toujours élevées sont des indices que votre corps ne fonctionne pas comme il le devrait. Avec le temps, le glucose sanguin qui n’est pas absorbé et utilisé comme énergie peut causer des dommages à votre corps.

 

C’est pourquoi la glycémie est possiblement l’un des marqueurs les plus importants de santé à long terme et le plus facile à ignorer. Bien sûr, vous en entendez beaucoup parler. La plupart des gens savent que le diabète de type 2 atteint des proportions épidémiques dans notre société. Selon l’American Diabetes Association, environ 29 millions d’Américains en souffrent et plus de 3 800 personnes de plus sont diagnostiquées chaque jour. Chaque diabétique est un candidat par défaut pour d’éventuels effets secondaires associés à l’hyperglycémie : maladies cardiovasculaires, accidents vasculaires cérébraux, maladies rénales et problèmes liés aux nerfs et aux yeux. Mais voici un exercice intéressant : prenez ces 29 millions… et triplez-les. C’est le nombre de personnes qui présentent une hyperglycémie qui n’est pas tout à fait assez élevée pour qu’elles soient diagnostiquées comme diabétiques. C’est du prédiabète. Il touche un Américain sur trois et cette alerte de santé signifie que vous ou une personne près de vous pouvez en souffrir en ce moment même. Le hic? Neuf prédiabétiques sur dix ignorent qu’ils le sont.

 

 

 

La glycémie en chiffres

 

Si vous passez un test de la glycémie à jeun...

 

Moins de 100 mg/dl = Normal
Entre 100 mg/dl et 125 mg/dl = Prédiabète​
125 mg/dl ou plus = Diabète

 

Si vous passez un test d’hémoglobine A1C…

 

Moins de 5,7 % = Normal
Entre 5,7 % et 6,5 % = Prédiabète​
6,5 % ou plus = Diabète

 

 

L’autre tueur silencieux

 

« Le diabète attaque toutes les cellules du corps », explique Florence Comite, MD, endocrinologue et fondatrice du Comite Center for Precision Medicine à New York. « C’est pour cette raison que je suis à ce point concentrée sur cette maladie en tant que médecin. Je la déteste. » Le prédiadiabète ne reçoit pas la même attention parce qu’il s’agit d’un problème de santé plus insidieux. Le diabète peut s’accompagner de symptômes comme une vision trouble, une soif accrue, un besoin fréquent d’uriner et des douleurs névralgiques dans les mains, les bras, les pieds ou les jambes. Et pour le prédiabète? Bien souvent, les gens se sentent bien ou leurs symptômes sont si légers qu’on peut souvent les confondre avec d’autres problèmes.

 

Il en résulte une ignorance dangereuse, car « cela peut prendre un an, deux ans ou même une décennie ou deux, mais inévitablement, de nombreux prédiabétiques deviendront diabétiques », affirme Dre Comite, qui diagnostique régulièrement chez ses patients des problèmes de prédiabète ou de diabète jusqu’alors cachés. Les CDC estiment que jusqu’à 30 pour cent des personnes prédiabétiques développeront du diabète de type 2 au cours des cinq prochaines années.

 

Voici quelques signes avant-coureurs. Si l’un des points suivants vous semble familier, il pourrait être indiqué de passer une analyse sanguine demandée par votre médecin :

 

 

Vos parents sont diabétiques.

 

Un membre de votre famille a-t-il reçu un diagnostic de diabète? Vos grands-parents, vos parents ou vos frères ou sœurs ont-ils pris du poids en vieillissant, particulièrement autour de la taille, ce qui pourrait vous rendre plus à risque? « La génétique est l’un des facteurs déterminants les plus importants », ajoute Dre Comite. « Obtenez ces renseignements de vos proches lorsque vous êtes jeune et n’ayez pas peur de regarder en avant. »

 

 

Vous avez pris du poids.
 

C’est une situation courante, surtout en vieillissant, même si vous adoptez un mode de vie sain. Une partie du problème? Une baisse de testostérone libre qui, selon Dre Comite, est particulièrement dommageable pour les femmes parce qu’elles ne pensent pas à la testostérone. « Les femmes n’ont qu’une fraction de la testostérone libre des hommes », précise-t-elle. « Une fois dans la trentaine, nous commençons à en perdre de un à trois pour cent par année, tout comme les hommes. C’est pourquoi nous observons parfois un épaississement de notre taille en vieillissant. Nous perdons notre capacité de garder des muscles maigres en place et ils aident à brûler l’énergie provenant de la nourriture que nous mangeons. Moins nous avons de muscles maigres, moins nous pouvons brûler efficacement l’énergie et le gras. » (La Dre Comite fait également remarquer que les contraceptifs oraux peuvent faire baisser les niveaux de testostérone.)

 

 

 

 

Quelques heures après votre dernier repas, votre glycémie peut baisser alors que votre insuline demeure élevée. L’insuline n’a pas de glycémie avec laquelle elle peut travailler, ce qui fait que vous pouvez vous sentir fébrile ou étourdi. « Ceci est un indice d’hypoglycémie réactive et, pour certaines personnes, il peut s’agir d’un indicateur très précoce de diabète », affirme Dre Comite.

 

 

Vous ne guérissez pas rapidement.

 

L’hyperglycémie peut endommager les nerfs, ce qui peut affecter la circulation et ralentir le processus de guérison et la réaction immunitaire de votre corps. Vous avez peut-être une coupure qui ne guérit pas aussi rapidement qu’elle le devrait, un rhume ou une toux qui ne part pas alors que tout le monde semble aller mieux en quelques jours. Les femmes peuvent souffrir d’infections urinaires ou à levures chroniques.

 

 

Vous aviez des problèmes de glycémie lorsque vous étiez enceinte.

 

« Si vous avez obtenu un résultat limite, et encore moins si vous avez eu un résultat positif, à un test de tolérance au glucose durant votre grossesse, vous êtes absolument et incontestablement à risque d’être diabétique maintenant ou plus tard », affirme la Dre Comite. « Prêtez attention à cela dès que vous recevez la réponse. »

 

 

Prévenez le prédiabète

 

Si vous avez des problèmes de glycémie, certains changements fondamentaux de votre mode de vie peuvent vous aider considérablement à prévenir ou à retarder l’apparition du diabète de type 2 et possiblement à supprimer le prédiabète. Selon l’American Diabetes Association, des chercheurs ont découvert que vous pouvez diminuer jusqu’à 58 % votre risque de développer du diabète de type 2 en prenant les mesures suivantes :

  • Perdez de 5 à 7 pour cent de votre poids corporel (une perte de 7 pour cent pour une personne pesant actuellement 82 kilos [180 lb] correspond environ à 5,9 kg [13 lb]).
  • Faites de l’exercice de manière modérée (comme de la marche rapide) 30 minutes par jour, cinq fois par semaine. La Dre Comite recommande également de faire de la musculation quelques fois par semaine afin d’aider à conserver la masse musculaire.

Un plan d’intervention de perte de poids pourrait vous aider davantage. Une étude publiée en 2015 dans l’American Journal of Public Health a permis de découvrir qu’un plan de gestion du poids – plus précisément WW – permettait de réussir à apporter des changements de mode de vie qui contribuent à prévenir le diabète de type 2. L’étude comprenait 225 personnes atteintes de prédiabète; 112 d’entre elles ont suivi le programme WW et 113 ont reçu des conseils personnalisés dans le cadre du National Diabetes Education Program. Après six mois, les gens qui avaient suivi le programme WW avaient perdu plus de poids que le groupe qui avait suivi le National Diabetes Education Program (5,5 pour cent de poids corporel comparativement à moins de 1 pour cent). Les membres du groupe WW présentaient également une amélioration considérablement plus importante de leurs taux de cholestérol HDL et d’A1C, un marqueur de diabète.

 

 

La gestion de la glycémie signifie :

 

Détection précoce :

 

Une entreprise du nom de Metabolon a mis au point un premier test sanguin pour aider les médecins à analyser les métabolites (les molécules jouant un rôle dans le métabolisme) à la recherche d’indices de maladies métaboliques héréditaires bien avant qu’elles se manifestent. Le test permet d’identifier des centaines de métabolites à partir d’un seul prélèvement sanguin.

 

 

Meilleure surveillance :

 

Des entreprises médicales comme Dexcom et Sano ont créé des systèmes de surveillance de glycémie minimalement invasifs – ils analysent les fluides dans la peau, par exemple – qui envoient des données en temps réel dans votre téléphone intelligent. Discutez avec votre médecin afin de savoir si cela pourrait être une solution appropriée pour vous.

 

 

Technologies à domicile :

 

La Dre Comite compare l’avenir de la gestion de la glycémie à ce qui s’est produit au sein de l’industrie financière. « Vous pouvez prendre une photo d’un chèque et ne jamais avoir à vous rendre dans une banque », explique-t-elle. « Bientôt, vos données médicales seront transférées à votre médecin et vos médicaments vous seront livrés. »