Épanouissement

Voyez comment cette femme de 48 ans a perdu 29 livres* et cessé presque tous ses médicaments

Elle se sent aujourd’hui mieux que jamais.

* Les personnes qui suivent le programme WW peuvent s’attendre à perdre de 1 à 2 lb par semaine.

 

Comme raconté à Katerina Savvides

 

Je n’avais aucun problème de poids jusqu’à il y a environ trois ans, lorsque j’ai eu à composer avec des situations que je n’arrivais pas tout à fait à gérer : entre déménager les cinq membres de ma famille dans une maison à l’autre bout de la ville, pleurer le décès d’un ami proche et me faire à l’idée que ma fille aînée obtenait son diplôme du secondaire, j’ai commencé à manger des aliments surgelés, comme des ailes de poulet et des bouchées de poulet panées, à cause du stress. Résultat : j’ai engraissé de 45 livres en huit mois.

 

Même si je n’avais que 45 ans, je souffrais également de bouffées de chaleur, de sueurs nocturnes et d’insomnie, des symptômes de préménopause, selon mon médecin de famille. Manquant d’énergie pour suivre le rythme de mon fils, qui était âgé de 3 ans à l’époque, je me sentais très mal de voir mon benjamin pris avec une mère trop fatiguée pour aller jouer dehors, aller au parc ou faire des culbutes au sol, des activités que je faisais quand mes filles aînées, maintenant âgées de 19 et de 21 ans, étaient petites.

 

Après quelques tests sanguins, j’ai appris que mon taux de glycémie était plus élevé que la normale. Je souffrais aussi d’hypothyroïdie, une insuffisance thyroïdienne qui peut entraîner une prise de poids et de la fatigue. Mon médecin m’a prescrit un médicament pour réguler ma glande thyroïde et un autre pour contrôler ma glycémie. Il m’a aussi dit de cesser de consommer des glucides, du sucre et de l’alcool pour aider à prévenir le diabète de type 2.

 

Pour combattre ces maux par moi-même, j’ai décidé de reprendre la routine d’exercices que j’avais abandonnée après avoir accouché de mon fils. Quatre fois par semaine, je le déposais à la garderie, puis je me rendais au centre de conditionnement physique. J’utilisais une machine semblable à un exerciseur elliptique pour ma séance cardiovasculaire, en plus de lever des poids légers et de faire des exercices de planche. J’étais tellement exténuée après que je devais retourner à la maison faire une sieste.

 

À la recherche d’une solution

 

Six mois après le début de ma nouvelle routine, mon taux de glycémie et celui de ma glande thyroïde n’avaient pas changé, tout comme le poids sur la balance. J’ai donc décidé de consulter une infirmière praticienne pour obtenir un deuxième avis. Pendant l’année et demie qui a suivi, elle m’a prescrit huit médicaments différents, dont une crème à base d’œstrogènes pour l’équilibre hormonal, une pilule pour stimuler mon métabolisme et une injection pour couper l’appétit. J’ai également mené mes propres recherches, puis commencé à prendre plusieurs suppléments en vente libre, comme de la curcumine pour réduire l’inflammation dans mes articulations. Ma boîte de pilules était si pleine que je n’arrivais pas à la fermer. Je dépensais 125 $ par mois en médicaments, en plus de ne même pas pouvoir manger mes aliments préférés ou boire un verre de vin pendant le souper. Et pourtant... Ma glycémie n’empirait pas, mais je souffrais encore de bouffées de chaleur et je ne perdais toujours pas de poids. Après tout, la diète prescrite par le médecin était tellement stricte que, parfois, j’abandonnais et je commandais une pizza ou des mets chinois à emporter.

 

Un an et demi plus tard, lorsque j’ai vu une photo de moi vêtue de mon uniforme de travail, j’ai été estomaquée : j’étais tellement bouleversée de constater à quel point je paraissais grosse, j’ai même cru que ma sécheuse rapetissait mes vêtements. Après m’être assurée que la sécheuse fonctionnait très bien, je devais me rendre à l’évidence : mes efforts ne donnaient rien.

 

En août 2018, j’ai consulté une troisième praticienne qui était très surprise du nombre de médicaments que je prenais. Elle me les a retirés, sauf celui pour la glande thyroïde, et m’a suggéré le programme WW. « Essayez-le pendant un mois, puis revenez me voir », a-t-elle dit.

 

Il se trouve que mon assurance m’a offert un compte d’épargne santé pour m’inciter à me joindre à WW. J’ai alors téléchargé l’application et plongé dedans.

 

Un programme qui pardonne tout

 

Dès le premier jour du programme, j’ai mangé tous mes aliments préférés, comme une barre granola, des amandes, des cuisses de poulet et un avocat, et j’ai fait le suivi de tout. Quand est venue l’heure du midi, mon budget quotidien de PointsFutésMD était épuisé, et j’ai fini la journée à 43 PointsFutés, soit 20 au-dessus de mon objectif. Découragée en partant, je me suis levée le lendemain avec 23 nouveaux PointsFutés dans mon budget. J’ai compris que WW ne nous punit pas pour les écarts. C’est un programme que l’on peut suivre.

 

J’ai commencé ensuite à manger de plus petites portions et à choisir des aliments faibles en matières grasses pour étirer mon budget. Le fait de manger un fruit au lieu d’une barre granola comme collation et de remplacer les cuisses de poulet par des poitrines a assurément aidé.

 

L’alimentation d’Yvonne : hier et aujourd’hui

 

Déjeuner           

Autrefois : Une boisson frappée à la protéine de pois ou une barre granola

Maintenant : Un café noir avec une boisson frappée protéinée et une omelette à trois œufs avec du brocoli, des oignons, de la dinde et de la salsa

 

Dîner   

Autrefois : Des cuisses de poulet cuites au four avec un avocat et du brocoli cuit à la vapeur

Maintenant : Une salade avec beaucoup de légumes, des œufs durs, de la poitrine de dinde, des pois chiches, des haricots noirs et du bacon émietté arrosée d’une vinaigrette au citron, et un petit pain multigrain

 

Souper

Autrefois : Trois ou quatre pointes de pizza ou des mets chinois à emporter, comme des nouilles de riz et des rouleaux impériaux     

Maintenant : Une assiette de tacos au poisson composée de tilapia frit à l’air, de chou, de salsa piquante et de yogourt grec sans matières grasses, ou un bol de quinoa et de riz brun avec des crevettes, des haricots noirs et du brocoli, et un verre de Pinot Grigio

 

Collations          

Autrefois : Des bâtonnets de légumes, du maïs soufflé au caramel et au cheddar, ou des craquelins multigrains           

Maintenant : Une pomme, des tranches de concombre, des bâtonnets de pomme de terre à saveur de macaroni au fromage WW, des minibarres aux biscuits au citron WW, des bâtonnets de pepperoni à la dinde pour la collation WW ou des biscuits pour le déjeuner à l’avoine et aux baies mélangées WW

 

J’ai aussi commencé à utiliser mon Fitbit pour entrer mes activités dans mon application WW et gagner des ActiPoints. Un autre motivateur!

 

Environ un mois après m’être jointe à WW, je suis retournée voir l’infirmière praticienne. Elle a dit quand elle m’a vue : « Vous paraissez plus heureuse. » J’avais perdu environ sept livres, mais de plus grands changements encore s’opéraient ailleurs que sur la balance : je consommais des aliments sains provenant de différents groupes et j’avais beaucoup plus d’énergie pendant la journée. Finies les siestes après mes exercices!

 

Une maman en meilleure santé

 

Maintenant que j’ai autant d’énergie qu’au moment où mes filles étaient jeunes, je vais me promener et je saute sur le trampoline avec mon fils aujourd’hui âgé de six ans. Il aime utiliser le lecteur de codes à barres de l’application WW quand nous faisons l’épicerie ensemble. Le programme m’a aussi permis de me rapprocher de ma fille cadette, qui s’est jointe à WW après sa première année d’université. Nous nous échangeons nos recettes préférées et partageons nos étapes importantes, comme sa plus récente victoire non liée à la pesée : lorsqu’elle porte son T-shirt favori, elle me dit qu’elle se sent plus confiante, car son dos paraît plus « lisse ».

 

Des livres et des pilules en moins

 

Au cours de la dernière année, j’ai perdu 29 livres. Bien sûr, il y a eu certaines semaines où mon poids est resté le même au lieu de baisser, mais je ne m’en suis pas voulu. Je songeais plutôt au fait que je me sentais beaucoup mieux. Je me disais que si je continuais à faire des choix sains, le succès viendrait en temps voulu.

 

Même si j’ai encore des bouffées de chaleur, mon insomnie et mes sueurs nocturnes se sont, quant à elles, calmées, maintenant que la ménopause est derrière moi. Je n’ai plus besoin de médicaments pour la glycémie. Pour ma glande thyroïde, je prends le tiers des médicaments que je consommais avant de me joindre à WW, et je ne suis plus de traitements hormonaux. C’est un immense soulagement.

 

Le fait de ne pas avoir à éliminer de mon régime des groupes alimentaires importants pour moi aide. J’ai trouvé un sentiment d’équilibre dans mon mode de vie, qui m’a longtemps manqué. Je ne me suis pas aussi bien sentie depuis des l