Voici ce que nous savons au sujet de la COVID-19 et de la vitamine D

Une étude préliminaire a suscité un nouvel intérêt pour la manière dont ce nutriment soutient le système immunitaire.

Alors que les chercheurs s’efforcent de comprendre le nouveau coronavirus responsable de la COVID-19, un nombre croissant d’études s’intéressent au rôle potentiel de la nutrition concernant la manière dont la maladie se développe. La vitamine D a récemment attiré l’attention du monde entier lorsqu’une étude publiée a observé une large corrélation entre le niveau moyen de vitamine D d’une population donnée et les taux de COVID-19 de cette même population, ce qui a donné lieu à une discussion sur le fait qu’un niveau de vitamine D plus bas peut être associé à des cas critiques de COVID.

 

Bien que la recherche n’en soit qu’à l’étape préliminaire (voir ci-dessous) et ne prouve pas que la vitamine D affecte les résultats de la COVID-19, la nouvelle peut en inquiéter plus d’un. Avant que la pandémie ne survienne, plus de 40 % des Américains manquaient de vitamine D, selon un article publié en 2018 dans The British Journal of Nutrition. Comme plusieurs d’entre nous voient leurs habitudes alimentaires et leur mode de vie changer en raison des mesures d’isolement au domicile, il peut sembler plus difficile que jamais de consommer en quantité suffisante ce nutriment, qui joue un rôle dans tous les domaines, de la santé des os au système immunitaire.

 

Rassurez-vous : vous pouvez obtenir la vitamine D dont vous avez besoin pour votre santé générale en suivant quelques étapes simples. Des chercheurs et d’autres experts expliquent ici le rôle de la vitamine D en ce qui concerne les réponses immunitaires et la santé, la quantité dont vous avez besoin et des moyens pratiques pour atteindre votre objectif recommandé.

 

La vitamine D et votre système immunitaire

 

Sans aucun doute, la vitamine D est l’un des principaux nutriments dont nous avons besoin pour rester en bonne santé. Une étude de 2011 publiée dans le Journal of Investigative Medicine a révélé que ce nutriment joue un rôle important relativement au système immunitaire, en aidant le corps à lutter contre les virus et les infections extérieures. D’un autre côté, la même étude a révélé que la carence en vitamine D est associée à une sensibilité accrue aux infections. La vitamine D favorise également la croissance cellulaire et contribue à réduire l’inflammation, selon les National Institutes of Health (NIH).

La vitamine D n’est que l’un des nombreux nutriments essentiels à un système immunitaire sain et, parmi les autres, on compte les vitamines A, C, E, B6 et B12, ainsi que l’acide folique, le fer, le cuivre, le sélénium et le zinc. 

 

Le lien possible entre la COVID-19 et la vitamine D

 

Voici l’histoire qui se cache derrière les gros titres que vous avez peut-être lus : une équipe dirigée par Cristian Ilie, chercheur principal du NORC à l’University of Chicago, a récemment publié une étude qui soulève la question d’une relation existant possiblement entre un niveau bas de vitamine D et la gravité des symptômes de la COVID-19, ainsi que les décès qui y sont liés. 

 

Pour mener cette étude, publiée dans la revue Aging Clinical and Experimental Research, l’équipe a procédé à une analyse des données sur les taux moyens de vitamine D dans les populations de différent pays européens. L’équipe a ensuite comparé chaque moyenne nationale avec le nombre de cas d’infection par la COVID-19 et de décès dus à la COVID-19 par million de personnes dans ce pays (en date d’avril 2020). Voici la tendance que l’équipe a observée : plus le niveau moyen de vitamine D des habitants d’un pays est élevé, moins il y a de cas d’infection par la COVID-19 et de décès dus à la COVID-19.

 

En parlant avec WW, M. Ilie souligne que cette étude s’appuie sur des résultats antérieurs suggérant que la vitamine D pourrait protéger contre les infections respiratoires aiguës. Il prévient néanmoins que ses recherches concernant la COVID-19 et la vitamine D sont préliminaires et comportent des limites considérables, par exemple, l’absence de protocoles d’études universelles pour la COVID-19.

 

Il est également important de noter que les études d’observation comme celle de M. Ilie ne sont pas conçues pour déterminer la cause et l’effet. Pour les cas de COVID-19 rapportés dans son étude, il est possible que des facteurs couramment associés avec de faibles niveaux de vitamine D aient joué un rôle. Par exemple, plusieurs des nombreux pays dans lesquels on retrouve de bas taux moyens de vitamine D sont également ceux dont la population de personnes âgées est importante, et l’âge pourrait avoir joué un rôle dans les résultats obtenus.

 

Les chercheurs du monde entier étudient de nombreux facteurs qui pourraient avoir un impact sur les taux d’infection, les symptômes et les complications relatifs à la COVID-19. Il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions définitives en ce qui concerne la vitamine D.
 

La vitamine D à l’heure de la distanciation sociale

 

Comme la vitamine D est toujours un élément important pour la santé, il est bien que l’on discute de la façon dont les consignes d’isolement au domicile peuvent affecter votre état. Si vous avez été plus souvent à l’intérieur que d’habitude ces derniers temps, il peut être judicieux de sortir plus souvent. La peau produit de la vitamine D lorsqu’elle est exposée aux rayons UV du soleil, et vous ne pouvez pas obtenir ce supplément en demeurant derrière des vitres, explique Shilpi Khetarpal, M.D., dermatologue à la Cleveland Clinic.

Quinze à trente minutes d’exposition directe au soleil sur des endroits du corps comme les bras, les jambes et le torse, quelques jours par semaine, suffisent généralement pour produire des niveaux de vitamine D convenables pour les adultes, explique Mme Khetarpal. Les personnes à la peau claire peuvent viser la durée la plus courte de cette tranche, tandis que la période de 30 minutes est souvent optimale pour les personnes à la peau plus foncée, ainsi que pour les personnes âgées en général. Avec l’âge, la peau perd une partie de sa capacité à synthétiser la vitamine D du soleil. Et la mélanine, responsable de la pigmentation naturelle de la peau, diminue la quantité de vitamine D produite par les rayons UV en un temps donné, précise Mme Khetarpal.

 

Vous vous posez peut-être la question suivante : « Ma peau produira-t-elle de la vitamine D si je porte un écran solaire à large spectre? » En général, oui, répond Mme Khetarpal, faisant écho à une petite étude parue en 2019 et publiée dans le British Journal of Dermatology. Dans le cadre de cette recherche, les touristes des îles Canaries qui appliquaient un écran solaire adéquat pour prévenir les coups de soleil ont quand même constaté une augmentation du taux de vitamine D dans le sang après avoir profité des rayons. Étant donné que l’exposition au soleil de façon non protégée augmente le risque de cancer de la peau, Mme Khetarpal recommande d’appliquer un écran solaire sur toute peau exposée 30 minutes avant de sortir, et de renouveler l’application toutes les deux heures lors de longues sorties en plein air.

 

La vitamine D dans notre alimentation : de quelle quantité avons-nous besoin?

 

Les chiffres importants en premier : l’apport alimentaire recommandé en vitamine D chez les adultes de moins de 70 ans est de 600 unités internationales (UI) par jour; pour les personnes âgées de plus de 70 ans, ce nombre est de 800 UI par jour. 

Cependant, certaines personnes peuvent avoir besoin de plus grandes quantités. Par exemple, les personnes souffrant de maladies qui rendent la bonne absorption des gras alimentaires par l’intestin plus difficile, comme les maladies inflammatoires de l’intestin, peuvent être vulnérables à une carence, à moins qu’elles ne prennent un complément alimentaire, selon les NIH, car la vitamine D a besoin de gras alimentaires pour être absorbée par l’organisme. Les personnes ayant un poids corporel plus important peuvent en outre avoir besoin d’un apport en vitamine D supérieur à la normale pour maintenir un taux de vitamine sain. Dans ce cas, un médecin peut vous conseiller au sujet de la quantité de vitamine D la plus appropriée pour vous.

 

Comment consommer plus de vitamine D

 

Peu d’aliments contiennent naturellement de la vitamine D, et de nombreux Américains ne font pas suffisamment de place à ce nutriment dans leur assiette. Si vous vous efforcez d’intégrer plus de vitamine D dans votre alimentation, les œufs, le poisson gras et les produits enrichis constituent d’excellents choix, rappelle Matthew Goldman, médecin de famille à la Cleveland Clinic. 

 

Parmi les aliments contenant de la vitamine D, citons :

 

  • Huile de foie de morue (1 c. à soupe) : 1 360 UI
  • Saumon (3 oz) : 570 UI
  • Lait enrichi en vitamine D (1 tasse) : 120 UI
  • Jaune d’œuf : 44 UI
  • Thon en conserve (3 oz) : 40 UI

Source : National Institutes of Health Office of Dietary Supplements 

Si votre alimentation a tendance à être plus faible en vitamine D, un supplément peut vous aider à en absorber suffisamment, explique Jaclyn London, M.Sc., Dt. P., nutritionniste-diététiste certifiée, directrice de la nutrition et du mieux-être à WW. Commencez par discuter avec votre médecin pour vous assurer qu’un supplément a sa place dans votre plan de mieux-être global. Lorsque ce point est réglé, recherchez une marque portant un sceau confirmant la vérification par des tiers, comme « USP Verified », qui indique que la marque a été testée de manière indépendante pour pouvoir afficher cet étiquetage précis, signale London. Contrairement aux médicaments, les suppléments alimentaires ne sont pas réglementés par le Secrétariat américain aux produits alimentaires et pharmaceutiques. 

 

Un excès de bonnes choses est possible lorsqu’il s’agit de supplément de vitamine D à long terme, ajoute Goldman, alors veillez à respecter l’apport quotidien recommandé. La dose maximum tolérable pour les adultes est d’environ 4 000 UI par jour, selon les directives établies par les National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine.

 

La vitamine D et votre santé

 

Alors que le débat mondial autour de la COVID-19 continue de progresser, la vitamine D ne cesse de jouer un rôle important pour la santé en général. En vous assurant de consommer suffisamment de ce nutriment grâce à une exposition au soleil et à un régime alimentaire équilibré, vous préservez votre bien-être, maintenant et plus tard.

 

--

Jessica DiGiacinto est corédactrice à WW. Auteure en santé et bien-être vivant à New York, elle a aussi été contributrice dans des médias comme Popsugar, Bulletproof 360 et Galvanized Media, pour ne nommer que ceux-là.