Les rêves en période de confinement

Pourquoi ils peuvent sembler beaucoup plus intenses que d’habitude

Avez-vous remarqué un changement dans vos rêves depuis le début de la pandémie? Vous n’êtes pas seul. 

« J’entends parler de rêves plus intenses et plus troublants », affirme la Dre Gail Saltz, professeure agrégée en psychiatrie à la Weill-Cornell School of Medicine du NY Presbyterian Hospital et animatrice du balado Personology sur la plateforme iHeartMedia.

En effet, la recherche de termes tels que « rêves intenses » et « rêves bizarres » sur Google a augmenté en avril, au point culminant de la pandémie de COVID-19.

« Puisque plusieurs événements assez inédits se sont produits au cours des derniers mois, il n’est pas surprenant que de nombreuses personnes fassent des rêves étranges », explique le Dr Pavan Madan, psychiatre de Community Psychiatry, le plus grand organisme de santé mentale pour patients externes de la Californie.

Une partie de la cause fondamentale, explique-t-il, est le contrôle. 

« La plupart des gens n’ont pratiquement eu aucun contrôle sur la façon dont la pandémie s’est propagée et a affecté leur vie. De plus, bien que nous comprenions et acceptions les recommandations, notre esprit n’aime pas gérer des choses qu’il ne peut pas contrôler ou prévoir, comme la pandémie et les horribles actes de discrimination raciale. »

La Dre Saltz considère qu’il y a deux raisons expliquant pourquoi un plus grand nombre de gens disent faire des rêves bizarres.

D’abord, nous nous souvenons peut-être plus de nos rêves que d’habitude.

« L’anxiété et le stress peuvent perturber le sommeil », explique-t-elle. « Lorsqu’une personne se réveille plus souvent durant la nuit, elle est plus susceptible de se souvenir du rêve qu’elle vient de faire. »

Nous oublions nos rêves la majorité du temps, dit-elle, mais dans les périodes d’anxiété, si nous nous réveillons plus souvent, nous sommes plus susceptibles de nous souvenir du rêve que nous faisions.

De plus, ce à quoi nous rêvons est probablement plus troublant qu’avant la pandémie.

« Nos rêves sont produits par notre cerveau et ils sont souvent composés d’une combinaison d’états de sentiments et d’expériences de la journée (appelé contenu manifeste) qui dirige nos rêves », explique la Dre Saltz. « Lorsque vous êtes plus perturbé, cela peut certainement prendre la forme d’un rêve troublant. De plus, lorsque vous passez un restant de journée qui est frustrant, des thèmes similaires ou des éléments réels peuvent apparaître dans vos rêves. Beaucoup de gens disent rêver à des désastres énormes et, chaque jour, c’est ainsi qu’ils ont l’impression de vivre. »

Nous ne sommes peut-être même pas conscients de notre anxiété, mais le stress sous-jacent peut avoir un impact sur ce que notre esprit fait la nuit.

« Même si nous n’y pensons pas consciemment, beaucoup de gens s’inquiètent d’une nouvelle crise bizarre et hors de leur contrôle », explique le Dr Madan. 

« Il est possible que nos esprits créent maintenant des scénarios absurdes possibles qui peuvent se réaliser, peut-être pour nous préparer au cas où nous serions confrontés à une autre crise. De nombreuses personnes se sont retrouvées sans travail ou travaillent à domicile, et ne voyagent plus ou ne socialisent plus autant qu’avant. Nous avons eu moins de distractions qui nous occupent et plus de temps pour réfléchir à nos vies et au monde qui nous entoure. Ces réflexions peuvent également contribuer aux pensées et aux rêves étranges. »

 

Devrais-je m’inquiéter?

 

En général, les rêves ne sont pas une source d’inquiétude, mais la Dre Saltz recommande de consulter un thérapeute si les cauchemars vous empêchent de dormir parce que vous avez peur de vous endormir. 

Si vous souffrez d’insomnie ou si vous remarquez d’autres symptômes d’anxiété, le Dr Madan vous suggère de consulter un thérapeute.

« Les troubles anxieux, qui sont très courants et qui touchent un tiers d’entre nous à un moment ou un autre de notre vie, peuvent entraîner la libération d’hormones de stress, qui peuvent causer toute une série de problèmes, dont l’insomnie. Nous sommes souvent distraits pendant la journée par le travail, la cuisine ou la télévision. Cependant, lorsque les gens se détendent la nuit, ils font enfin face à leurs pensées et à leurs soucis sans qu’il y ait de distraction. Lorsque ces pensées sont excessives ou accablantes, elles peuvent déclencher des réactions d’anxiété comme l’insomnie, les crises de panique, les maux de tête et autres. »

« Parlez à votre thérapeute des techniques cognitives et comportementales qui peuvent vous aider à réduire vos pensées anxieuses la nuit. »

 

Conseils pour avoir une nuit de sommeil plus paisible

 

Le Dr Madan recommande d’essayer de maintenir un bas niveau d’anxiété de base afin que des facteurs de stress supplémentaires ne le rendent pas impossible à gérer lorsque vous essayez de vous détendre et de vous endormir. 

« Parlez de vos pensées et de vos sentiments avec un proche ou un professionnel, prenez soin de vous et faites régulièrement de l’exercice pendant la journée », dit-il. 

« Si vous trouvez que vous ressentez encore beaucoup d’anxiété la nuit, faites des exercices de pleine conscience comme des techniques de respiration ou faites du yoga pour calmer votre esprit et votre corps. »

Il suggère également de créer un moment accordé aux « soucis » pendant la journée afin que l’heure du coucher soit entièrement consacrée au sommeil.

« Certaines personnes tirent profit d’une musique apaisante ou de livres audio, de lecture d’un livre informatif, mais ennuyeux, ou d’autres facultés sensorielles pour se calmer la nuit », ajoute-t-il. Il peut s’agir également de prendre une douche, de boire de la tisane à la camomille ou de sentir de l’huile de lavande. 

Limiter le temps passé à lire ou regarder les nouvelles, à consulter les médias sociaux et à regarder un écran en général peut également aider, selon le Dr Madan. 

Il avise également de faire attention à la prise de médicaments pour le sommeil, car ils peuvent causer des effets secondaires indésirables, y compris un risque de dépendance.

 

Faire face aux cauchemars

 

Prendre conscience de vos rêves et les examiner peut également vous aider à vous sentir moins anxieux.

« Observer ses rêves, comprendre qu’ils ne représentent que nos pensées et être curieux de ce qu’ils signifient, ainsi qu’examiner ses propres états d’âme est souvent utile pour diminuer l’anxiété personnelle », explique la Dre Saltz. 

Une autre tactique qu’elle recommande est de mettre vos rêves par écrit, surtout si vous faites des cauchemars effrayants. Écrivez votre rêve troublant, dit-elle, « puis écrivez-le à nouveau en changeant sa fin pour la rendre plus positive, ou au moins neutre. » Cela peut permettre d’atténuer toute crainte associée au rêve.