La puissance de la communauté

Nos membres discutent de la façon dont le réseau de soutien en ligne les aide à conserver leur motivation afin d’atteindre leurs objectifs.

Changer de mode de vie est difficile, et cela l’est plus encore lorsqu’on le fait seul. Le simple fait d’avoir accès à une communauté d’alliés aux vues similaires est un élément primordial dans l’atteinte de vos objectifs, quels qu’ils soient, d’autant plus que de pouvoir compter sur un réseau de soutien fait partie intégrante de la quête d’amaigrissement. Ces gens peuvent fournir de la rétroaction lors de situations plus ardues, se révéler être une source d’inspiration et de motivation, en plus de fournir un lieu où avoir une « vraie discussion » au moment où vous en avez le plus besoin. En plus de donner un sens à la quête d’amaigrissement, un réseau de soutien peut vraiment vous aider à perdre du poids! La recherche a montré que ceux qui participent à un programme de perte de poids tout en bénéficiant d’un réseau de soutien perdent davantage de poids que ceux qui le font seuls[i].

Ici, certains de nos membres racontent de quelles façons ils peuvent obtenir du soutien de la part de leur équipe en ligne, afin de demeurer motivés, inspirés et déterminés.

Mieke
passionate.meeks sur Instagram

Je publie des photos de mes repas, pas nécessairement tous les jours, et parfois mes victoires non liées à la pesée, et aussi des choses qui n’ont pas de lien avec la nourriture. J’en fais suffisamment pour que je devienne responsable de mes objectifs. Les rencontres sont véritablement fantastiques et le matériel connexe est génial, mais une fois que vous quittez la salle de rencontres, il n’y a pas vraiment d’autre occasion d’échanger à ce sujet, sauf de rentrer chez vous et de discuter avec votre famille, mais les membres de celle-ci ne vous comprennent pas toujours (ou bien, ils en ont assez d’en entendre parler). Alors, être en mesure de se connecter afin de converser à propos des sujets abordés lors de la rencontre, de nouvelles recettes et de situations difficiles vécues, ou encore, obtenir des rétroactions de personnes qui vivent la même expérience et qui peuvent donc vous comprendre est simplement incroyable.


LeighAnna
leighannad sur Connecter
leighanna_ww sur Instagram

La force du soutien de la communauté en ligne s’est révélée décisive pour moi. Je me sers de mon profil comme d’un journal alimentaire, alors je m’assure de publier quelque chose. Les rétroactions reçues m’aident à rester motivée. Lorsque je communique avec les gens en ligne, lors des journées plus difficiles, je suis certaine d’obtenir de l’inspiration, de la motivation et de l’énergie. Cela me donne l’envol vers la motivation. Je m’inspire aussi des nouvelles idées et recettes de certains membres que je suis en ligne. Leurs publications concernant le fait de grimper sur le tapis roulant du centre de conditionnement physique ou de partir en randonnée me donnent envie de les imiter, moi aussi! J’y puise la motivation de continuer et d’essayer de nouvelles choses.


Crystal
criztawl sur Connecter
byebyefatpants sur Instagram

Je mange d’abord avec mes yeux; c’est un sens très important, donc je suis plusieurs personnes qui publient des photos de mets que j’adorerais déguster. La photographie culinaire m’attire beaucoup, alors je prends souvent ma nourriture en photo afin de publier celle-ci. C’est une façon de me responsabiliser. Si je n’ai rien publié, les gens vont très souvent s’en apercevoir ou me demander : « qu’est-ce qui se passe? » Et je ne publie rien peut-être simplement parce que je suis en congé, mais cela m’oblige à être responsable. Cela me fait réaliser que je dois revenir et que je dois publier d’autres choses, parce que les gens jettent un œil sur mon profil. De plus, je ne dois pas perdre de vue que je ne fais pas que m’inspirer des autres : j’incarne aussi celle qui inspire les gens.

Les mots-clics sont très importants pour moi. Je parcours constamment les mots-clics ou mon fil d’actualité, ou encore je découvre de nouvelles personnes et j’accède à des idées repas originales. Et puis, j’ai un certain nombre de personnes dont je vérifie régulièrement le profil, et je finis toujours par dénicher de nouveaux membres sur ces profils en lisant les commentaires.

Vous pouvez pleinement percevoir que vous n’êtes pas seul au monde. Si je publie un message disant que j’ai de la difficulté, quelqu’un répondra : « C’était comme ça pour moi la semaine passée. Ça va aller! » Vous lisez cela et vous réalisez qu’ils ont connu une semaine difficile aussi, et que c’est correct d’en avoir une aussi. Vous continuez et vous n’abandonnez pas.


Emma
emma_weightwatchers sur Instagram

Ça permet de garder une trace de ce que vous mangez pendant la journée. Certains jours, lorsque vous culpabilisez et que vous vous dites : « J’ai seulement (je n’utilise pas ce mot très souvent, mais bon) perdu un tout petit peu de poids », vous pouvez retourner à d’anciennes publications et vous comparer avec une photo d’il y a un an. Vous réalisez alors que petit à petit, livre par livre, il y a une différence. C’est une bonne façon pour constater tout ce que vous avez accompli. C’est pratiquement une forme de journal en direct. C’est un élément essentiel pour moi.

Je suis très stricte au sujet de la publication de la préparation de mes repas le dimanche. Je n’ai rien publié pendant une semaine, et je me suis réveillé le matin et les RD me posaient des questions à propos de ce que j’avais préparé pour mes repas pendant la semaine! Savoir que les gens observent ce que vous faites est un moyen de se responsabiliser, en plus de procurer du soutien et de la motivation; en fait, cela fait toute la différence. Ce n’est pas tout le monde qui peut profiter de ce soutien au quotidien, de ces gens à la vie réelle sur lesquels ils peuvent compter. Pouvoir publier en ligne quelque chose qui va par la suite aider quelqu’un d’autre à conserver toute sa motivation, c’est incroyable.

 

[i] Wing RR, Jeffrey RW. « Benefits of recruiting participants with friends and increasing social support for weight loss and maintenance ». J Consult Clin Psychol. 1999; 67(1):132-138.