« J’en parle à tout le monde »

Comment la créatrice de recettes et membre de WW de longue date Sarah utilise WW pour garder l’équilibre.

Il nous est tous déjà arrivé que quelqu’un nous fasse un commentaire non sollicité au sujet de notre corps. Qu’il s’agisse d’une insulte directe ou sous-entendue, ce n’est jamais plaisant. Il y a 20 ans, alors qu’elle était à la recherche d’une robe de mariée, c’est arrivé à Sarah.

 

« Les employés des boutiques de robes de mariée m’ont dit : “Tu sais, on devra passer une commande spéciale pour une taille 12 ou 14 pour toi.” Et ça m’a frappée. »

 

« Je ne m’étais jamais considérée comme grosse grosse », exprime-t-elle, et en ajoutant qu’elle avait un surpoids d’environ 9 à 13 kg (20 à 30 lb) à l’époque.

 

Comme cette expérience l’avait contrariée, Sarah en a parlé avec sa tante, qu’elle visitait à ce moment à Montréal. Sa tante, membre de WW, lui a proposé de l’accompagner à un atelier.

 

« J’avais toujours plissé le nez en y pensant », affirme Sarah à propos du programme, mais elle a décidé de s’y rendre.

 

« Alors j’y suis allée et, évidemment, j’ai adoré. Mon entière perception de ce qu’était Weight Watchers avant et après a complètement changé. Je pensais qu’il y aurait de l’humiliation, de la stigmatisation et tout, mais c’était juste tellement positif et accueillant, alors ça m’a vraiment motivée. »

 

Lorsqu’elle est retournée à la maison ce week-end-là, Sarah s’est dit : « Tu sais quoi, je me lance. »

 

Elle s’est inscrite à WW et a perdu environ 18 kg (40 lb) en 6 mois. Finalement, c’est une taille 4 qu’elle a portée à son mariage. Depuis, Sarah continue de revenir dans le programme lorsqu’elle en a besoin, et affirme qu’elle n’a pas passé plus de 6 mois sans WW au cours des 20 dernières années.

 

« J’en parle à tout le monde », dit Sarah à propos du programme. « C’est le seul plan de perte de poids qui fonctionne, qui est durable et qui prend en considération la vie. »

 

« Je sais que ça fonctionne quand on le fait. » Selon elle, ce qui est difficile, c’est de se présenter et de faire preuve de constance dans le suivi et l’observation du programme. « Tout est dans la tête. »

 

Sarah a essayé les plans bleu et vert, mais elle affirme que c’est le vert qui lui convient.

 

« Je suis tellement contente que WW offre maintenant les trois plans différents [vert, bleu, mauve], car ce qui fonctionne pour moi, c’est d’avoir des paramètres clairs », indique-t-elle.

 

« Une chose que j’adore à propos du programme vert, c’est que tout est clair. Une once de poulet, c’est telle quantité. J’ai ma balance de cuisine, que j’adore utiliser. Elle me donne l’impression d’être en contrôle. »

 

Travailler dans l’industrie de l’alimentation tout en participant à WW

 

Sarah travaille comme créatrice de recettes pour Smucker Foods of Canada (jetez un œil à ses créations délicieuses et faibles en PointsFutés ici!) et elle indique que trouver un équilibre entre le programme et son travail lui pose des défis très particuliers, même dans des circonstances normales, car dans le cadre de son travail, elle doit beaucoup goûter et est beaucoup en contact avec des pâtisseries.

 

Depuis que l’éloignement physique a été instauré plus tôt cette année, Sarah travaille de la maison et cuisine tous les jours, ce qui est difficile, car elle est entourée de toutes ses créations. « J’essaie d’être indulgente envers moi-même », dit-elle, en ajoutant qu’elle va porter les pâtisseries à ses collègues pour les sortir de chez elle.

 

Une autre stratégie qui fonctionne pour elle, c’est de cuisiner le matin, puis de manger un déjeuner tardif, avant que tout soit prêt. De cette façon, lorsqu’elle doit faire des tests de goût, elle n’a pas faim et ne mange pas trop de pâtisseries.

 

Sarah a recommencé le programme il y a quelques semaines pour se remettre sur la bonne voie et a assisté à son premier atelier virtuel de WW, puisque tous les ateliers en personne doivent maintenant se tenir en ligne. « J’ai été très impressionnée », dit-elle à propos de l’atelier.

 

Des conseils pour les autres

 

Selon Sarah, pour choisir le programme WW qui nous convient, il faut faire preuve d’honnêteté.

 

« Je pense qu’il faut être honnête à propos de sa personnalité », affirme-t-elle. « Rien ne va fonctionner tant qu’on ne brave pas la tempête. »

 

Elle recommande aussi aux gens de se rappeler les raisons qui les gardent motivés. « J’ai beaucoup de personnes pour lesquelles je dois être en santé et, évidemment, je le fais pour moi aussi. »

 

« L’autre raison qui me motive à continuer, ajoute-t-elle, « c’est de toujours bien me sentir quand je mange bien. Ce n’est pas un cliché de dire que la malbouffe qu’on mange nous affecte. C’est tellement le cas. »

 

L’une des choses que Sarah fait pour que son alimentation reste sur la bonne voie, c’est de prendre de l’avance le week-end. Généralement le dimanche, elle fait rôtir un poulet entier et s’en sert tout au long de la semaine pour ses repas. Elle peut l’avoir effiloché dans une salade et en avoir utilisé une partie pour cuisiner des burritos pour ses enfants, par exemple.

 

« Tout le monde mange ce que je cuisine, c’est juste qu’on peut le manger de manière différente. »

 

Pour des idées de recettes et de repas, Sarah propose de consulter l’application WW.

 

« On y trouve beaucoup de recettes qui utilisent des ingrédients intéressants, alors je trouve que c’est très motivant d’essayer quelque chose de nouveau en sachant que je peux le faire en accumulant peu de points. »

 

« L’application contient beaucoup de ressources, alors servez-vous-en », ajoute-t-elle.