Comment la communauté virtuelle a aidé Donald à perdre 36 livres* en 5 mois

Pour ce père de deux enfants, l’éloignement social a apporté des leçons surprenantes d’autocompassion. Donald N., 33 ans, a perdu 36 lb* depuis qu’il s’est joint à WW en 2020.

* Les personnes qui suivent le programme WW peuvent s’attendre à perdre de 0,5 à 1 kg (1 à 2 lb) par semaine.

Comme raconté à Katerina Gkionis

Devenir sobre dans la vingtaine a été une réalisation majeure pour moi. À ce moment-là, ma consommation d’alcool était un problème depuis plusieurs années. Je buvais de la bière et de l’alcool fort la plupart des soirs de la semaine, juste pour me sentir différent. J’ai eu la chance de trouver un système de soutien par l’intermédiaire de mon église, ainsi qu’un conseiller qui m’a aidé à commencer à vivre plus sainement. J’ai complètement arrêté de boire de l’alcool.

Dans le cadre de ce processus, je me suis rendu compte que j’avais aussi des problèmes d’alimentation. Pendant mes années de beuverie, j’avais pris l’habitude de manger de grosses portions d’aliments pas vraiment bons pour moi – pensez à : deux sandwichs et un sac de croustilles complet. Ces habitudes se sont maintenues après que j’ai arrêté de boire. Parfois, j’essayais de me limiter à un régime extrême qui supprimait tous les glucides ou tout le sucre. Mais mes tentatives pour perdre du poids n’ont jamais abouti. Je flanchais, je mangeais un morceau de pain et j’abandonnais, en me disant que j’étais un incapable. À l’époque, si vous m’aviez dit « Sois gentil avec toi-même », j’aurais ri.

Dix ans après le début de ma sobriété, au début de l’année 2020, j’ai dû admettre qu’il était temps de procéder à un autre grand changement – et pas seulement pour moi. J’avais déjà une femme et deux enfants. Je devais être en meilleure santé pour ma famille, d’autant plus que je n’ai pas grandi dans la maison la plus saine moi-même et que je savais combien cela pouvait être difficile pour tout le monde.

Un de mes amis proches, Jeff, qui venait alors tout juste de s’inscrire à WW, m’a demandé si je voulais m’inscrire moi aussi. Jeff et moi nous connaissons depuis des années et nous avons vécu les mêmes difficultés quand nous étions plus jeunes. J’ai été reconnaissant de l’occasion qui m’a été donnée d’être en bonne santé pour nos familles réunies. J’ai décidé de me lancer.

Un départ fulgurant

En mars 2020, Jeff et moi avons assisté à notre premier atelier, et ça m’a littéralement donné des ailes. J’ai ensuite fait l’auto-évaluation monWW et j’ai été associé au plan Bleu. J’ai téléchargé la liste des aliments ZéroPoint du plan Bleu et j’ai commencé à chercher des idées de repas sur Connecter à l’aide du mot-clic #MonWWBleu.

Ma femme et moi partagions les responsabilités dans notre foyer, mais le fait de m’inscrire à WW m’a incité à m’impliquer davantage dans la planification des repas. La première semaine, j’ai fait une soupe de poulet effiloché au piment ancho et aux haricots noirs que j’avais vue sur Connecter, et c’était vraiment bon. J’ai également passé un certain temps à utiliser le concepteur-recettes dans l’application WW, en m’amusant à comparer certains des plats préférés de ma famille pour voir comment les différents ingrédients influaient sur les valeurs en PointsFutésMD. J’ai eu bien du plaisir. Qui aurait cru que je pourrais être aussi excité par une visite à l’épicerie?

L’alimentation de Donald : autrefois et maintenant

Déjeuner

Autrefois: Sandwichs déjeuner de restaurants rapides; gaufres faites maison; grand café avec crème et sucre.

Maintenant: Boisson protéinée au lait d’amande, fruits surgelés, protéines végétaliennes en poudre, créatine, graines de chia, lin et chanvre; œufs brouillés au cheddar, haricots noirs et assaisonnement à bagel tout garni, avec bleuets, fraises ou banane.

Dîner

Autrefois: Gros sandwich au beurre d’arachide et à la confiture; barre de protéines, croustilles, fruits.

Maintenant: Sauté de chou-fleur et de riz, avec kielbasa de dinde et de légumes; salade d’été avec haricots noirs, haricots pinto, tomate, jalapeño et céleri.

Souper

Autrefois: Steak et fromage; pizza; ailes de poulet.

Maintenant: Crevettes grillées à l’ail avec riz et brocoli; frittata au bacon, à la tomate et aux épinards.

Collations

Autrefois: Friandises au chocolat ou au beurre d’arachide; sacs de croustilles.

Maintenant: Bretzels avec bâtonnet de fromage à effilocher léger au jalapeño WW; tranches de carottes ou de poivrons avec tzatziki; barres protéinées.

Naviguer dans la nouvelle normalité

Les médias sociaux n’étaient pas vraiment mon truc quand je me suis inscrit à WW – les grandes plateformes véhiculaient trop de négativité à mon goût. L’application Connecter s’est révélée un outil précieux, et je ne m’y attendais pas.

Bien que je me sois inscrit à WW avec l’intention de participer à des ateliers en personne, tout a changé la semaine suivant mon inscription, lorsqu’une grande partie du pays a reçu l’ordre de rester à la maison en réponse à la pandémie de COVID-19. Je suis passé aux ateliers virtuels et j’ai commencé à repenser à ce que cette communauté pourrait représenter pour moi dans ces nouvelles circonstances.

Dès le début, j’ai trouvé beaucoup de positivité sur Connecter; tout le monde s’encourage vraiment. Le mot-clic #wwbros m’a clairement parlé, car il m’a permis de trouver des gars qui visaient des objectifs similaires. Au début, je me sentais gêné à l’idée d’afficher mes progrès. Voir d’autres gars le faire m’a encouragé à me joindre à eux.

Un succès local

Pourtant, je m’inquiétais de mes habitudes alimentaires lorsque j’ai commencé à passer autant de temps à la maison. Ma pensée « tout ou rien » est passée à la vitesse supérieure : « Comment vais-je me contrôler? Est-ce que je vais tout gâcher? » Je devais garder à l’esprit que je développerais des outils pour rester sur la voie de mes objectifs.

Il s’est avéré que l’éloignement social était en fait bon à certains égards. Ma cuisine était remplie de nourriture pour le plan Bleu. Je n’avais pas à relever le défi de manger dans le « monde extérieur » – pas d’assiettes d’ailes de poulet Buffalo au restaurant ou de fêtes auxquelles assister. Ma femme et moi préparions tous les repas à la maison. Non seulement cela a amélioré mes talents culinaires, mais cela m’a donné une chance de prendre confiance en moi.

Pendant les mois de printemps et d’été, mon ami Jeff et moi sommes restés en contact chaque semaine en nous envoyant des messages texte et en parlant de notre progression respective. J’ai également continué à utiliser Connecter pour élargir ma communauté virtuelle. En août 2020, j’ai atteint mon objectif de perdre 36 livres*.

Le pouvoir de la communauté

Lorsque j’ai rejoint Connecter, j’avais tendance à me concentrer sur mes petites victoires, comme le fait de remporter des points bleus chaque semaine. Mais ne vous méprenez pas : partager ces moments m’a fait du bien. Mais la communauté a aussi été là pour moi quand j’ai lutté. Il n’y a pas si longtemps, j’ai écrit un article sur une journée de « petits plaisirs » qui s’est transformée en une semaine complète de suralimentation – ce ne fut pas mon meilleur moment. J’ai reçu beaucoup d’encouragements pour mon ouverture et mon honnêteté. Les membres ont sauté sur l’occasion de m’encourager encore une fois.

C’est incroyable que je me sois inscrit avec un ami de la « vraie vie » et que j’aie maintenant plus de 800 membres qui suivent mon parcours sur Connecter. Quel que soit le chemin que vous empruntez, trouver des personnes qui comprennent vos objectifs et vos difficultés peut faire toute la différence.

En faisant partie de cette communauté, j’ai pu m’éloigner de ma peur de l’échec et de mes définitions étroites du succès. Je suis plus gentil et plus doux avec moi-même parce que c’est le message que je reçois de mon réseau de soutien. Cela m’a donné l’espace nécessaire pour apprendre de nouveaux modèles et comportements à adopter. Si je fais une erreur, par exemple, je sais que c’est parfois un signe pour moi qu’il est temps de faire une pause. Je peux en revenir. Ou si je veux m’offrir une assiette d’ailes de poulet, je la savoure, je l’indique dans mon suivi et je passe à autre chose. Je pense que c’est ce qui m’a aidé à rester dans le programme.

Quand je regarde mes fils aujourd’hui, je suis fier de l’exemple que je leur donne. Je veux qu’ils voient qu’il est possible de relever des défis et de transformer sa vie de manière durable et positive. Le changement peut se produire. Tout commence par cette simple croyance.

---

Pour obtenir de l’information et du soutien concernant les troubles liés à l’alcool ou à d’autres substances, consultez la page de ressources en santé mentale de WW.