Comment ces enseignants mariés ont perdu un total de 39 kg (86 lb)* et ont donné l’exemple à leurs filles

Maintenant, ils inspirent aussi d’autres membres en tant que coachs de WW!

* Les personnes qui suivent le programme WW peuvent s’attendre à perdre de 0,5 à 1 kg (1 à 2 lb) par semaine. Emily et Josh, coachs de WW, ont perdu du poids dans le cadre d’un programme antérieur et poursuivent leur parcours avec monWW.

Par Katerina Gkionis

Amoureux depuis le secondaire, Emily et Josh D., de Longview, dans l’État de Washington, ont commencé à se fréquenter à l’âge de 16 ans et sont depuis ce temps inséparables. Ils se sont mariés, sont devenus tous deux enseignants et sont aujourd’hui les fiers parents de trois filles âgées de 7, 5 et 2 ans. Après avoir connu du succès en tant que membres de WW, Emily et Josh sont devenus – ensemble, bien sûr – coachs de WW.

WW a pris le temps de rencontrer le couple pour en savoir plus sur leur parcours, leurs stratégies pour améliorer le mieux-être et réussir à perdre du poids, ainsi que sur les danses de TikTok en famille qui les gardent en forme ces jours-ci.

WW : Commençons par le début. À quel moment le poids a-t-il commencé à poser problème à chacun de vous?

Emily : Après la naissance de notre deuxième enfant en 2014, j’avais de la difficulté à perdre les kilos en trop accumulés pendant ma grossesse. En plus des défis habituels que l’on vit en s’occupant de deux enfants, certaines tâches semblaient vraiment difficiles. C’était laborieux de m’asseoir par terre pour changer la couche de ma fille et j’ai aussi remarqué que j’étais à bout de souffle chaque fois que j’essayais de courir aux côtés de ma fille de trois ans.

À l’automne 2016, j’ai consulté un médecin pour une blessure à l’orteil et j’ai vu la mention « obèse » inscrite à mon dossier. Cette description m’a choquée, moi qui n’avais jamais connu de problème de poids. À peu près au même moment, j’ai vu une photo de moi prise lors du mariage d’un ami et je n’ai pas aimé mon apparence. Je savais qu’il fallait que je passe à l’action. Peu de temps après, j’assistais à mon premier atelier WW accompagnée d’un membre de WW que je connaissais.

Josh : Même si Emily avait la volonté de changer, je n’étais pas prêt à me joindre à WW, du moins pas tout de suite. Je me disais que parce que je suis un homme, je suis censé être gros. Cela dit, je voulais soutenir Emily et je mangeais ce qu’elle préparait avec joie.

E. : Et j’en étais reconnaissante! Aux ateliers, on entend les membres parler de leur conjoint ou conjointe qui disent les soutenir, mais qui apportent des beignes à la maison. Ce n’est pas le cas de Josh. J’avais connu du succès depuis quelques mois lorsque je suis tombée enceinte de notre troisième enfant. Il est vrai que c’était difficile de voir mon poids augmenter à nouveau, mais je me répétais sans cesse que je pourrais me remettre sur le droit chemin après avoir accouché du bébé.

WW : Josh, la façon dont vous vous sentiez par rapport à votre propre poids a-t-elle changé pendant la grossesse d’Emily?

J. : Elle a changé. C’est à peu près à cette époque-là que notre fille aînée, qui était âgée de cinq ans, m’a dit : « Papa, tu n’es pas tellement droit, ton corps est rond. » Je savais que j’avais pris du poids, mais je n’avais pas réalisé que c’était aussi visible. En plus, je ne me sentais pas à mon meilleur et je vivais cette même expérience d’être essoufflé après avoir joué dehors avec les enfants. Je me suis promis d’accompagner Emily aux ateliers après la naissance du bébé. En mai 2018, nous avons franchi la porte du studio ensemble.

WW : Comment était-ce de participer aux ateliers en couple?

E. : J’étais emballée quand Josh m’a dit qu’il voulait s’inscrire! Après ma dernière grossesse, j’étais déterminée à revenir à mon objectif de poids et j’étais tellement contente de le faire avec lui.

J. : Ma mère a commencé à venir garder les enfants chaque samedi matin pour qu’Emily et moi puissions aller aux ateliers WW. Les filles passaient du temps avec leur grand-mère et nous pouvions suivre le programme WW en équipe.

WW : Quelles ont été vos premières impressions des ateliers WW?

E. : Le fait qu’une communauté de personnes ayant les mêmes intentions d’atteindre des objectifs similaires soit regroupée dans une salle semblait vraiment spécial. À l’un des premiers ateliers auxquels j’avais participé avant l’arrivée de Josh, une membre avait fondu en larmes de joie en parlant d’une étape de perte de poids qu’elle avait récemment franchie. Je me suis dit : « N’est-ce pas formidable qu’il existe un tel endroit sûr où c’est correct de se montrer vulnérable? » J’ai quitté le studio WW réellement optimiste à l’idée de commencer mon parcours.

J. : Au début, j’avais peur d’avoir à parler de mes émotions dans les discussions en groupe. Selon la société, ce n’est pas viril. Je me suis senti plus à l’aise une fois que j’ai rencontré mon guide de WW et la coach de WW. J’étais timide à mon premier atelier et je n’ai pas participé, mais je savais que j’étais au bon endroit. Les encouragements d’Emily ont aussi aidé.

La semaine suivante, je me suis livré un peu au groupe et j’ai demandé des conseils sur des vinaigrettes de salade bonnes pour la santé. J’ai ainsi obtenu un conseil que j’ai complètement adopté : quelqu’un a indiqué que les choix les plus sains se trouvent dans la section des fruits et légumes réfrigérés. J’y ai trouvé la marque de vinaigrette ranch légère au jalapeño que j’utilise encore aujourd’hui.

WW : Quels ont été les autres changements que chacun de vous a apportés au début de votre parcours dans le programme?

E. : Avant de me joindre, je m’achetais un grand café moka blanc au caramel glacé garni de crème fouettée chaque matin. Lorsque j’ai vérifié dans l’application WW, j’ai découvert que cette boisson comptait 35 PointsFutésMD! Dès le déjeuner, je dépassais mon budget quotidien de PointsFutés.

Dans un atelier, j’ai demandé conseil aux autres membres. Quelqu’un m’a suggéré de mélanger deux doses d’espresso à une boisson frappée protéinée qui comptait seulement deux PointsFutés. Effectivement, c’était délicieux!

J. : J’ai commencé à faire plus attention aux sortes d’aliments que nous achetions; nous utilisions le lecteur de code à barres de l’application WW à l’épicerie. J’avais gardé quelques habitudes qui étaient loin d’être idéales comme ingurgiter jusqu’à huit cannettes de boisson gazeuse chaque jour, en plus de manger deux sous-marins pour le dîner. Mais peu après m’être joint au programme, j’ai réduit ma consommation de boissons gazeuses ordinaires et me suis tourné vers les aliments ZéroPoint pour rester rassasié. Maintenant, lorsque j’ai envie d’une collation, je mange une pomme, une banane ou des lanières de poivron au lieu d’un sac de croustilles de pommes de terre.

E. : Nous avons aussi commencé à planifier nos repas et à cuisiner, à tour de rôle selon nos horaires, des soupers bons pour la santé.

WW : Vous êtes tous deux devenus des coachs de WW au début de 2019. Comment cela se passe-t-il pour vous?

J. : Notre propre coach nous avait tellement inspirés dans le cadre de notre parcours que nous voulions pouvoir faire de même pour les autres. J’aime établir des relations avec les membres et les aider en cours de route.

E. : C’est incroyable que nous puissions être en mesure d’aider les membres à croire en eux-mêmes! Lors de notre atelier WW, Josh et moi faisons équipe. Il travaille en tant que coach et je travaille en tant que guide pour la majeure partie de l’année. Puis, quand Josh entraîne nos filles à la balle molle en automne, je travaille en tant que coach. La transition se fait en douceur, car les membres sont déjà à l’aise avec nous et connaissent notre style. Lorsque nous emménagerons dans notre nouveau studio WW lors des prochains mois, j’animerai également mon propre atelier!

WW : Quels autres éléments ont changé pour vous au cours de votre parcours?

E. : J’ai commencé à faire de l’exercice en suivant le programme et je voulais m’entraîner pour effectuer un parcours de 5 km. Au début, c’était difficile. Après une première journée à alterner entre 30 secondes de course et 2 minutes de marche, je me suis demandé comment j’arriverais un jour à courir un mille au complet. J’y suis finalement arrivée et je me suis même inscrite à un demi-marathon quatre mois plus tard. Et jusqu’à présent, j’ai perdu 10 kg* et j’ai couru deux demi-marathons!

J. : J’étais déjà membre d’un centre de conditionnement physique lorsque je me suis joint à WW, mais j’ai définitivement commencé à faire de l’exercice plus souvent. Tout comme Emily, je me suis entraîné pour participer à une course de 5 km en effectuant cette distance tous les matins sur le tapis roulant avant de commencer à courir à l’extérieur comme elle le fait. Presque chaque jour, nous nous occupons des enfants à tour de rôle pour que chacun de nous puisse aller courir un 6,4 km autour d’un lac près de la maison. J’étais censé courir un demi-marathon ce mois-ci qui, malheureusement, a été annulé. J’ai donc couru les 21,2 km par moi-même.

E. : Nous suivons également tous les deux des cours de type camp d’entraînement. C’est incroyable de voir à quel point nous nous sommes améliorés et comment nous pouvons faire tous les mouvements en classe.

J. : Et grâce à la perte de ces 29 kg*, je peux maintenant apprendre des danses de TikTok que nous enregistrons tous les soirs avec notre enfant de 7 ans. Depuis trois semaines, nous exécutons de petites danses et les publions sur Instagram (Josh : @ww_joshgettinfit; Emily :ww.emilys.healthy.habits)!

WW : Quelle a été votre expérience de monWW?

E. : Quand monWW a été lancé à l’automne 2019, nous étions enthousiastes à l’idée d’essayer les nouveaux plans désignés par couleur et de voir ce qui fonctionnait pour nous. J’ai commencé par le plan vert et Josh a commencé avec le plan mauve.

J. : J’étais content de pouvoir manger autant d’aliments ZéroPoint. Le problème, c’est que j’ai commencé à manger une trop grosse quantité de chaque aliment, ce qui ne me convenait pas. J’ai réalisé que j’avais besoin d’un plan structuré qui m’obligeait à compter certains des aliments que je mangeais, mais pas tous, comme le poulet, les œufs, le yogourt grec et les haricots. J’ai donc recommencé à suivre le plan bleu.

E. : Même chose pour moi! Je me suis rendu compte à quel point nous dépendions de ces aliments qui avaient une valeur en PointsFutés de 0 auparavant. J’ai constaté que je consommais moins d’aliments riches en protéines que j’avais appris à aimer, alors j’ai également recommencé à suivre le plan bleu. Il me convient!

WW : Maintenant que vous suivez tous deux le programme depuis un certain temps, qu’est-ce qui vous garde motivés?

J. : Nous réfléchissons constamment à notre pourquoi et cela nous aide à persévérer. Nos filles nous prennent pour modèles. Nous voulons leur enseigner un mode de vie sain pour qu’elles n’aient pas à se battre comme nous l’avons fait. Nous voulons aussi faire partie de leur vie pendant très longtemps.

E. : Ce qui est vraiment intéressant, c’est que notre plus jeune fille ne nous a pas connus avant que nous soyons membres de WW. C’est pour cette raison que manger des fruits et des légumes est si facile pour elle. Elle adore grignoter des poivrons verts et des asperges. Cependant, ce n’est pas tout à fait devenu une seconde nature pour nos filles aînées.

J. : Nous continuons à leur apprendre à toutes les trois à manger les aliments de couleurs variées de l’arc-en-ciel et Emily les amène au jardin communautaire de son école pour leur montrer différents types de fruits et légumes. Plus nous intégrons de fruits et de légumes, plus ils deviennent un élément normal de la vie.

E. : C’est une mesure difficile à mettre en œuvre, car nous voulons leur apprendre à avoir une image positive de leur corps sans se préoccuper de leur poids. Nous parlons donc d’aliments à consommer en tout temps, comme les fruits et les légumes, et d’aliments à consommer à l’occasion, comme la pizza et les desserts. Les filles commencent à remarquer nos habitudes saines, ce qui est formidable. Elles aiment surtout que leurs parents soient capables de suivre le rythme.