Mon petit plaisir gourmand

Jeudi 29 novembre

Se limiter à une seule friandise de Saint-Nicolas ? On se le promet souvent, mais qui y parvient vraiment ? Quand on commence à en manger, ce ne sont pas un ou deux morceaux, mais cinq ou dix, voire plus encore. Je ne m'en goinfre pas, j'en profite intensément. J'apprécie les saveurs du chocolat, les épices du spéculoos, les odeurs qui me rappellent tant de souvenirs d'enfance ! Entre-temps, j'avale une gorgée de ce thé bien chaud. Oui, c'est le mariage parfait !

Bien que les vitrines des magasins regorgent depuis des semaines de spéculoos et de figurines de Saint-Nicolas, j'attends toujours novembre avant d'en acheter quelques-uns. J'estime en effet qu'ils doivent garder leur aspect d'exclusivité. J'en profite ainsi deux fois plus lorsque arrive cette période spéciale de l'année. En glisser dans mon caddie me réjouit déjà rien qu'à l'idée des plaisirs gustatifs que j'éprouverai plus tard. Car les variantes chocolatées ou fourrées sont irrésistibles ! Et tant pis pour les calories qu'elles m'apportent.

Malheureusement, je ne suis pas seule à la maison… Mon compagnon est encore plus féru que moi de ces gourmandises de Saint-Nicolas. Alors oui, il arrive parfois que le sachet de spéculoos soit vide avant même que je m'en sois rendu compte. Mon fils de 3 ans les adore aussi. Cela m'oblige à partager, et surtout, m'interdit de vider tout le sachet en présence de mon gamin lorsque je me repose un peu au salon. D'accord, c'est tant mieux pour ma santé ! Alors j'en verse quelques morceaux dans un ravier et je partage avec mon fils. Et franchement, j'en profite encore plus qu'auparavant ! Surtout pour les friandises que nous avons cuites ensemble et dont leurs effluves ont embaumé toute la maison.

Mais à cette période de fêtes vient toujours une fin. Lorsque Saint-Nicolas sera reparti au ciel, nous dégusterons les tout derniers morceaux. Avant de les attendre fébrilement, l'an prochain, la tête pleine de souvenirs.


Noortje
Rédaction WW